Médiation familiale et violence de couple

Journal de droit, vol. XXIV – N ° 1 – Juillet 2011, pages 9-30

Recherche

Famille de médiation et couple de violence *

Médiation familiale et violence partenaire

Deyanira Salazar Villarroel ** Eugenia vinet Reichhardt ***

** Psychologue Psychologie légale et judiciaire, Centre de médiation Créer, École de droit, Université catholique de Temuco, Temuco, Chili. [email protected]
*** psychologue, médecin en psychologie clinique et santé, professeur à l’Université de Frontera, Temuco, Chili.

Résumé

Cette étude a analysé les caractéristiques de la violence dans couples qui ont assisté à la médiation familiale. Les participants ont été administrés à une entrevue semi-structurée et à une sélection d’articles de S.A.R.A, d’enquêter sur la présence de la violence des partenaires. Les données collectées ont été analysées en termes statistiques via des fréquences, des pourcentages et de l’application des tests d’association entre variables. Les résultats révèlent que, dans la plupart des cas de médiation familiale, il existe ou existait une histoire de violence des partenaires, qui installe la nécessité de développer des examens intégratifs sur le phénomène de la violence partenaire aux outils de conception de ce problème dans le domaine de la médiation familiale.

Conflit – Médiation de la famille – Violence du couple

Résumé

Cette étude a analysé les caractéristiques de la violence dans les couples qui ont assisté à la médiation familiale. Les participants ont reçu une entrevue semi-structurée et une sélection d’articles de S.A.R.A., d’enquêter sur la présence de la violence partenaire. Les données collectées ont été analysées statistiquement par des fréquences, des pourcentages et de la mise en œuvre des tests d’association entre variables. Les résultats révèlent que, dans la plupart des cas de médiation familiale, il existe ou là, vous avez existé l’histoire de la violence partenaire, qui installe la nécessité de développer une vision intégrative du phénomène de la violence des partenaires concernant l’élaboration des outils abordant cette question dans le domaine de la médiation familiale.

Conflit – Médiation de la famille – Violence partenaire

Contexte théorique

Law n ° 19 968, qui a créé les tribunaux de la famille, une médiation reconnue comme une résolution légitime de conflits pour traiter les diverses questions de sa compétence. Parmi les objectifs de l’incorporation de la médiation à la juridiction familiale, il s’agissait de la recherche d’un travail de collaboration entre les participants, ce qui permettrait d’élaborer des accords créatifs et d’accentuer à l’avenir, en améliorant la communication et la relation entre les parties. impliqué dans le conflit et permettre une économie de temps, d’argent et d’énergies. L’incorporation de la médiation a cherché à offrir un espace accepté pour les parties où la résolution de leurs conflits sera prise de manière plus efficace et de respecter leurs intérêts.

La loi des tribunaux familiaux dans son article n ° 106 aux principes régissant La médiation, dont l’égalité entre les parties, l’intérêt supérieur de l’enfant, de la fille ou de l’adolescence, la confidentialité de l’information et du bénévolat pour participer au processus. Dans ce contexte, en juillet 2006, il existe un projet de réforme de la loi sur les tribunaux de la famille dans laquelle, entre autres aspects, elle reconstitue le chiffre de la médiation obligatoire contenue dans le projet de loi originale. Le texte approuvé établit la dérivation obligatoire de la médiation, avant l’interposition de la demande, dans toutes ces questions que la version du droit de la nourriture, des soins et de l’éducation personnelle et du régime de communication des parents avec leurs enfants. Dans ces cas, la médiation est gratuite pour tous les utilisateurs et l’État couvre les coûts des services via un système de médiateurs d’appel d’offres. En résumé, la création de mécanismes de résolution de conflits alternatifs dans le système de justice familiale a répondu à divers objectifs de la politique publique. D’une part, améliorer l’accès au système judiciaire, offrant des réponses plus appropriées à la nature particulière des conflits familiaux et à améliorer finalement la gestion des tribunaux contribuant à leur décongestion.

Le conflit entre les couples est une inévitable processus qui peut acquérir différentes manifestations dans lesquelles se trouve la violence du partenaire. À cet égard, López et Pueyo renvoient que « la violence à l’encontre du couple est une tentative de tentative, de menace ou de violence réelle perpétrée par un homme ou une femme contre quelqu’un avec qui il a, ou a-t-il eu une relation sentimentale intime » 1.En ce sens, la justice familiale ne peut être étranger à ce problème et doit offrir des réponses satisfaisantes visant à préserver les relations entre les membres de la famille; Lorsque la diffusion du couple est produite, c’est dans ce contexte où la médiation familiale acquiert de la pertinence.

perspectives théoriques sur la violence en couple

selon la paix faire « La violence conjugale fait référence à tout Situation des abus qui se produisent entre les membres du couple, d’une intensité cyclique et de plus en plus d’intensité, est un modèle d’interaction qui blesse l’intégrité physique, émotionnelle et sexuelle des personnes qui composent le couple « 2. Cette forme de violence peut être classée en trois catégories:

a) Abus contre les femmes: c’est une violence sexiste; se entiende como el maltrato (físico, sexual o psicológico) intencional provocado a toda persona del sexo femenino por su esposo o por aquel hombre con quien ésta mantiene una relación o vínculo íntimo.

b) Maltrato contra el hombre : hace referencia a los malos tratos, ya sean físicos, psicológicos o sexuales, que padece el hombre en el ámbito de la relación íntima que mantiene con una mujer.

c) Violencia cruzada o recíproca: se refiere a aquella situación en que los miembros de la pareja se atacan física, sexual o psicológicamente de manera recíproca.

Los desarrollos teóricos sobre violencia de pareja han ido desde el análisis de la violencia desde la perspectiva de género hasta la exploración del fenómeno desde una mirada sistémica, centrándose en la existencia de pautas relacionales entre los miembros de la pareja.

El autor Calquín plantea que « la violencia desde una perspectiva de género supone conceptualizar que las relaciones en nuestra sociedad no seul Ils sont basés sur une répartition inégale de la puissance (relations définies comme asymétriques), mais constituent une partie constitutive de la station de construction sociale, des femmes et des hommes. Cette distinction permet aux hommes d’apparaître statistiquement comme principalement des agresseurs et des femmes, comme principalement les victimes. Du look de genre, la violence dans la famille révèle un phénomène structurel inhérent à l’hégémonie patriarcale, qui devrait être analysée dans une relation directe avec des structures sociales et des représentations collectives qui sont continuellement produits et reproduits comme normaux « 3. Pour sa part, Curi et Gianella posent que « le genre est le concept qui organise des hommes et des femmes et sur lequel chaque culture détient une construction spécifique. La culture indique ce que c’est un homme et une femme, quelles attitudes, rôles et attentes en général sont attendues chez les personnes, selon leur sexe biologique. Le système de genre patriarcal, qui prévaut toujours, tient une distinction ordonnée homme-femme; dichotomise les différences, la hiérarchie dans une relation de domination-subordination et légitime cette hiérarchie en s’appuyant sur une naturalisation des caractéristiques de chaque sexe « 4.

d’une conceptualisation intégrative, d’autres auteurs ont analysé la violence du partenaire du point de vue de l’existence de modèles relationnels générés par les deux membres du couple. À cet égard, Arredondo, Millán et Lira se rapportent que « l’étude de la violence a été abordée d’une perspective individuelle, où une partie importante de la littérature a été axée en établissant des corrélations entre les caractéristiques de la personnalité de l’agresseur et la perpétration de la violence. Face à ce type d’études, il est nécessaire d’envisager des variables ou des facteurs relationnels d’approfondir le cadre explicatif existant « 5.

Dans ce sens, Perrone et Nannini posent un modèle théorique caractérisé par une approche interactionnelle, décrivant les circuits de communication qui tiennent la violence. Cette perspective ne cherche pas les raisons de l’existence de la violence, mais décrit un jeu relationnel particulier qui permet de la maintenir dans l’histoire des relations familiales. Dans l’approche interactionnelle, l’observation de l’observation vise les aspects de la communication du phénomène de la violence familiale, la concevant comme une séquence de transactions dans lesquelles tous les participants sont des acteurs responsables de l’interaction. Ces transactions, en répétition, sont établies comme une règle de modèle ou de relation dans System6.

relations qui incluent la violence n’échappent pas à cette forme d’organisation de Accord aux règles établies dans l’histoire des interactions.Il est souligné que les relations familiales violentes montrent certaines directives d’interaction organisées pouvant être classées sur trois formes de base et une variante de l’une d’entre elles:

a) Violence de l’agression: c’est une forme de relation violente qui est Construit sur un motif symétrique, c’est-à-dire un modèle de relation dans lequel A et B sont dans une attitude d’égalité et de concurrence. Une agression mutuelle et bidirectionnelle est produite qui se manifeste par l’échange de coups, d’insultes, de gestes ou d’attitudes violentes réciproques. L’identité et l’estime de soi de chaque acteur sont préservées, l’autre est reconnue comme une autre et la confrontation est définie du rejet et non de la disconfirmation. Les épisodes violents sont dissonant et causent une gêne pour les acteurs.

B) Punition de violence: il est construit sur un schéma complémentaire, c’est-à-dire une relation dans laquelle les deux acteurs ont convenu de la différence entre eux et une relation de Adaptation mutuelle. Les deux acceptent qu’ils n’ont pas le même statut dans la relation et que, tandis qu’on propose, l’autre accepte. La violence unidirectionnelle et intime se produit; L’acteur d’une position forte est celui qui exerce la violence et ces deux stratégies de dissimulation à l’égard de l’environnement social. Une différence de puissance marquée entre l’un et l’autre est observée. L’identité de l’acteur dans une position basse est gravement touchée, tandis que le droit d’être un autre est refusé; La relation n’est pas basée sur le rejet, mais dans la méfiance de l’acteur dans une position basse. L’acteur d’une position élevée manifeste une prise de conscience minimale de la violence et d’un sentiment de culpabilité déroutant.

c) Violence épisodique ou réactive: il est caractérisé par l’absence d’un calendrier stable de relations violentes, les épisodes de violence liés à la crise sont présentés: couple rupture, problèmes de travail, problèmes économiques, entre autres. Les parties renvoient une préoccupation pour les dommages causés à la famille, accompagné du désir de réparation affective.

par rapport aux manifestations de la violence, elles sont comprises par la violence physique de ces actes qui a l’intention de causer des dommages physiques à un autre; Alors que la violence psychologique fait référence à ces actes verbaux (ou non verbaux) qui nuirent symboliquement à un autre ou menacent de causer des dommages. La violence sexuelle fait référence à la critique et / ou à la taquinerie qu’une personne est confrontée à sa sexualité, ainsi que l’obligation de différentes formes d’approche sexuelle contre sa volonté, grâce à l’utilisation d’objets ou d’armes pouvant produire des blessures d’intensité variée.

Pour sa part, Pueyo, López et Álvarez soulèvent que « la violence contre le couple est un ensemble complexe de différents types de comportements violents, d’attitudes, de sentiments, de pratiques, d’expériences et de styles de relation entre les membres d’un couple intime qui produit des dégâts, des malaises et des pertes personnelles graves à la victime. La violence à l’encontre du couple n’est pas simplement synonyme d’agression physique, c’est une structure de comportements violents et coercitifs qui inclut les actes de violence physique contre le couple, mais aussi une abus et un abus psychologique , agression sexuelle, isolement et contrôle social, harcèlement systématique et menaçant, intimidation, bourdonnement Malling, extorsion économique et les menaces les plus diverses.  » En ce qui concerne la présence d’indicateurs de la violence partenaire, ces auteurs indiquent que ceux-ci sont associés à une augmentation de la probabilité d’élaborer des faits; Bien que la présence de facteurs de protection réduit la probabilité d’émergence de l’événement.

dans la violence contre le couple, divers indicateurs ayant un rôle de plus ou moins d’intensité plus faible dans le début, la maintenance et aggravant les différentes formes de violence7. Selon Pueyo et rond, parmi ces indicateurs sont le témoin ou la victime de la violence dans l’enfance ou l’adolescence, la consommation d’alcool et de violence envers d’autres membres de la famille dans l’enfance, le chômage, le niveau de revenu faible, sous le niveau de l’éducation et le manque d’affirmation de fonctionnalité8.

au Chili, le gouvernement concerne la question de la violence intrafamilie émergée dans les années quatre-vingt-dix. En 1991, il a été créé dans le service national des femmes. La promulgation de la loi de violence intrafamily en 1994 est constituée d’un fait important qui caractérise la violence comme un fait punissable. Des recherches sur la violence de couple se sont concentrées sur la dimension de la prévalence de ce problème. Dans notre pays, les premières études autour de la violence conjugale ont émergé dans les années 1980 d’organisations non gouvernementales.Malgré les efforts déployés au cours de la dernière décennie contre cette question, il existe un manque important de recherche au niveau national, une seule étude de la prévalence dans un échantillon de population effectué par Larraín (1994) avec 1 000 femmes dans la région métropolitaine. Les résultats ont indiqué que 25,9% des personnes interrogées ont déclaré avoir vécu la violence physique et 33,9% de violence psychologique reconnue. Seulement 40% de l’échantillon n’a présenté aucun type de violence9.

Plus tard, en 2001, une deuxième étude de prévalence a été réalisée dans laquelle, contrairement à celui effectué en 1992, l’échantillon est étendu de la Région métropolitaine à la région d’Araucanaa. Dans cette recherche, il existe davantage de femmes qui reconnaissent avoir vécu la violence physique de leur partenaire qui en 1992. Dans les deux régions, environ 50% des femmes ont vécu la violence dans leur relation. Parmi les facteurs associés à la violence, chez les femmes, il a été constaté que la victime de la violence entre les parents, le faible niveau de scolarité, l’absence d’emploi rémunéré, la consommation d’alcool et le manque de réseaux de soutien du quartier sont considérablement corrélées à la présence de violences conjugales.

Médiation familiale et la violence en couple

Selon Bernal, « la médiation est une technique pacifique de résoudre les conflits dans lesquels le protagonisme a les parties, modifiant le rôle des acteurs impliqués dans la situation des conflits, responsabilité de leurs décisions et ouvrant la porte afin de pouvoir continuer à se rapporter à l’avenir. La médiation conceptualise le conflit d’une perspective positive afin qu’elle favorise une modification de l’interprétation de la situation. Cela génère des alternatives propices à quitter le conflit et où Les intérêts des deux parties sont pris en compte de l’interprétation globale de la situation « 10.

En ce qui concerne les caractéristiques du processus de médiation, González-Capitel désigne le fonctionnement de la médiation, il est nécessaire de connaître ses éléments:

a) volontaire: Il repose sur la décision des parties d’initier, de participer et de poursuivre le processus de médiation. À tout moment, les parties ont le droit de se retirer, sans l’obligation de continuer.

B) Confidentialité: Avant de commencer la médiation, le médiateur offre un accord de confidentialité aux parties qui l’abonnent et dans ce que tout le monde est forcé de ne pas diffuser publiquement ce qu’il est là.

c) impartialité ou neutralité: le médiateur ne prend pas une fête ni des inclinités par aucune des parties, il doit gérer et contrôler la procédure, diriger, marquer Les lignes directrices et facilitent les alternatives.

D) Flexibilité: il est lié à l’informalité de la procédure et en fait un système plus rapidement que le système juridique. Les sessions conjointes sont effectuées entre les parties et le médiateur et des sessions privées entre le médiateur et chacune des pièces11.

La méthode de la médiation a une structure de base divisée en cinq étapes:

1) Séance commune initiale: le discours d’ouverture, l’explication des objectifs et des caractéristiques du processus et de la présentation des parties et du médiateur, qui doit maintenir l’équilibre entre les parties.

2) Histoire et positions des parties: le médiateur donne la parole à chacune des parties afin de faire une brève histoire du conflit et de fixer leurs positions respectives.

3) Génération d’options: Le médiateur doit différencier les positions de les pièces, leurs intérêts et leurs besoins, essayant de capturer des émotions, des sentiments et des valeurs.

4) Recherche sur la solution: Au cours de cette étape, un dialogue direct est recherché entre les parties pour générer une attitude coopérative dans la recherche de Solution au conflit.

5) solution définitive au problème: Dans cette phase, les points de correspondance des parties sont détectés, après quoi le médiateur coordonne ces besoins, de sorte que ceux des deux parties puissent être satisfaites. . Enfin, un accord est écrit, de sorte que clairement et précisément les différents points de la transaction sont établis et même les conséquences pour le cas de non-respect de l’une des parties.

La médiation appliquée à la famille familiale est un moyen de traiter la séparation ou le divorce, enseigne aux couples à séparer et à maintenir leur responsabilité en tant que parents, permettant aux enfants de maintenir une relation adéquate après la séparation. La procédure de médiation aide toute la famille à briser la pause de la manière la moins traumatisante, stimulant les parties qu’ils décident de la manière dont ils veulent réguler leur vie future, en tenant compte de l’autre et des intérêts de l’enfant.Le but de la médiation est de ne pas modifier la décision de séparer ou de divorcer, mais donne au couple la possibilité de le faire moins conflictive1212.

Dans le domaine de la médiation familiale, il est à noter qu’elles n’ont pas été menées Les recherches liées au thème de la violence, encore moins à se concentrer sur les caractéristiques et les manifestations susceptibles de présenter une violence partenaire; Par conséquent, cette question est constituée dans un domaine inexploré et nécessite une levée de données pour guider les procédures de recherche de cas qui présentent des antécédents de violence.

dans les processus de rupture couplés, il est possible qu’il existe ou qu’il existe été des situations de violence. À cet égard, Suares soulève que « il n’est pas possible de nier ou d’invisiliser cette réalité. Les médiateurs qui travaillent dans ce domaine seront presque toujours trouvés dans des situations avec un contenu émotionnel élevé, mais ils écouteront également des histoires d’épisodes de violence . L’une des caractéristiques des médiations familiales est que les thèmes de la violence « 13.

sont » ventilés « de leur part, Cárdenas désigne que » la plupart des familles atteignent la médiation ont passé des épisodes violents au cours des périodes immédiatement avant et après la séparation; si cela a cessé, la situation est parfaitement médiable, car elle est « violemment ». Sinon, le médiateur doit exiger que la violence cesse avant de commencer ou de poursuivre la médiation, et peut conseiller ou accompagner des parents afin que la situation de La non-violence se produit « 14.

D’autre part, Curi et Gianella renvoient que » les épisodes de violence liés à la crise de séparation peuvent être avec Tenir pour le cadre de médiation, comme l’un des problèmes de discussion pendant le processus. Les différences les plus claires relatives aux cas dans lesquelles la violence est une ligne directrice stable apparaît dans la reconnaissance des deux parties d’épisodes violents, dans l’inconfort qu’ils ont généré dans la possibilité de réflexion individuelle et conjointe sur ces situations et dans la préoccupation sur les dégâts qu’ils ont peut-être causé dans chaque membre du couple et de leurs enfants « 15.

Les professionnels dédiés à la médiation familiale devraient posséder des connaissances sur les caractéristiques de la violence du couple pour pouvoir le détecter et que Son intervention n’est pas iatrogène. En outre, dans de nombreux cas, l’assistance d’un centre de médiation peut être une première tentative de rompre avec cette dynamique, ouvrant la possibilité d’être dérivé dans un centre de focus pour résoudre son problème.

En ce qui concerne le rôle du médiateur, ORTemberg soulève que « le médiateur ne peut intervenir au moment où il se produit une éclatement de la violence. Ces situations donnent lieu à une intervention spécialisée, dont l’objectif devrait être le confinement de ceux qui souffrent de la crise, mais après l’explosion, rien n’empêche l’intervention du médiateur et que l’affaire sera la médiation de la violence familiale « 16.

Au Chili, il y a peu de littérature et aucune recherche n’a été effectuée qui aborde la question de la médiation et de la violence des partenaires; de la même manière, il a été observé une diffusion de services publics d’expériences de médiation dans ce domaine, l’approfondissement effrayant existant et les progrès dans relativement aux formes d’intervention qui nécessitent des cas qui présentent des antécédents de violence.

Dans ce sens, il est possible d’affirmer que la portée de la médiation et du droit de la famille ne peut pas être étranger au problème de la violence des partenaires Par conséquent, il est nécessaire d’établir les bases pour des interventions plus spécialisées permettant la violence de la portée privée, de la faire face et de rechercher des alternatives à l’éteindre. E Le processus de médiation peut collaborer avec le processus de rupture du couple, dans le but de négocier l’opération que le système ultérieur va acquérir. Les parties peuvent accepter de faire face à la violence comme un problème partagé et de co-construire un processus d’adaptation collaborative, grâce à la reconnaissance des directives interactionnelles destructrices1777.

dans la procédure de médiation dans les cas avec des antécédents de violence, il est pratique, En principe, que les deux parties ne sont pas présentes au moment où les négociations de la médiation sont effectuées. Ils peuvent ne pas coïncider dans l’espace dans des salles séparées. Le cours de la négociation indiquera au médiateur la commodité ou non que les parties sont, compte tenu de la manière dont les pourparlers sont suivis.

En ce qui concerne ces problèmes, la réalisation d’études au niveau national est pertinente et nécessaire, qui cherchent à détecter l’existence de la violence de la rencontre en cas de médiation familiale et pouvant identifier les caractéristiques avec lesquelles la violence se manifeste elle-même dans le couple précisant s’il s’agit de la violence réactive au processus de rupture ou si nous sommes en présence d’une ligne directrice interactionnelle de la violence historique et instituée entre les membres du couple en tant que stratégie de résolution de conflit.

Objectifs

L’objectif général de cette recherche est d’identifier et de décrire les caractéristiques présentées par la violence d’un couple dans les cas fréquentant la médiation familiale.

Les objectifs spécifiques sont les suivants:

a) identifier le nombre de couples qui assistent à la médiation familiale qui présentent des indicateurs de violence partenaire.

B) Décrivez les manifestations qui Acquérir la violence (physique, psychologique, verbale, sexuelle) dans les couples qui assistent à la médiation familiale.

c) Décrivez le type de violence (réactif à la crise ou comme une interaction) existant parmi les membres du couple qui assistent à la médiation familiale.

d) Identifiez les caractéristiques de la violence du partenaire qui apparaissent dans le groupe d’hommes et dans le groupe des femmes.

Méthodologie

Les participants

La population cible a été constituée de couples qui ont assisté aux processus de médiation familiale dans la commune de Temuco. L’échantillon n’était pas probabiliste et, pour une commodité, recrutés dans le centre de résolution des conflits alternatifs, crée, de l’école de droit de l’Université catholique de Temuco, en raison de critères d’accessibilité et de commodité. La taille de l’échantillon était de 50 couples, avec un total de 100 sujets.

conception

dans l’enquête, une conception non expérimentale de caractère descriptif transversal a été utilisée, c’est-à-dire les variables naturellement, telles que trouvées dans des sujets en une seule fois.

Techniques d’évaluation

pour la caractérisation de l’échantillon Une entrevue semi-structurée a été appliquée à la présence du phénomène de Violence et collecter des antécédents historiques de chaque membre du couple, des données de l’histoire de la famille et des caractéristiques de la relation. Ce protocole a été organisé en quatre sections: informations sociodémographiques; Histoire historique de la famille d’origine; Expériences de violence dans la famille d’origine; Contexte du phénomène de la violence dans la dernière relation.

Pour le respect des objectifs de la présente enquête, certains éléments de l’évaluation des risques Spouret (S.A.R.A) ont été sélectionnés. Il s’agit d’un guide d’évaluation des risques de violence initialement développé par Kropp, Hart, Webster et Eves (1995) et adapté à l’espagnol en 2005 par Andrés-Pueyo et López. Ce guide permet d’évaluer le risque de violence grave chez les membres d’un couple de la législation civile faisant face aux couples ou aux anciens couples, aux litiges de la garde, à la séparation et au divorce, les plaintes pénales de mauvais traitements, le risque de récidive, l’estimation du risque de violence physique imminente, entre autres18.

La sélection des articles de la SARA À utiliser, envisagez que cette étude n’est pas destinée à évaluer le risque de violence, mais la présence, à l’heure actuelle de la violence dans le couple. En outre, étant donné que l’échantillon évalué a été extrait de la portée familiale, les sujets participants n’ont pas assisté à la médiation familiale pour des raisons de violence des partenaires, mais de réglementer les questions relatives au droit de la famille (relations alimentaires, directes et régulières avec les enfants, les soins personnels, parmi D’autres) et n’ont pas montré d’histoire judiciaire de la violence du partenaire.

plan d’analyse

Les données saisies dans les deux instruments ont été analysées statistiquement par la distribution et les pourcentages de fréquences. Les analyses de l’association ont été réalisées entre les variables via des tests non paramétriques et finalement une comparaison des groupes a été réalisée en fonction du sexe des sujets participants où les données ont été analysées statistiquement par la distribution de fréquences et de pourcentages.

résultats

Caractérisation sociodémographique de l’échantillon total

L’échantillon total a été constitué de 50 couples (100 sujets) qui ont assisté aux processus de médiation familiale en 2009. En ce qui concerne son origine, 42 couples (84% ) Participation à la médiation dérivée d’institutions, telles que la société du Tribunal de la famille et de l’assistance judiciaire (CAJ) et seulement 8 couples (16%) ont été spontanément demandées à assister à un processus de médiation. En ce qui concerne les caractéristiques sociodémographiques, l’âge moyen était de 34,9 ans (entre 18 et 54 ans, déviation standard de 7,7).Le niveau d’éducation a présenté une moyenne de 11,13 ans d’éducation formelle (écart type de 1,33). Le tableau 1 montre en détail de chacune des variables décrites.

Tableau 1. Informations sociodémographiques dans un échantillon complet (n = 100)

Concernant le contexte historique de la famille d’origine, 34% des sujets participants ont connu la mort d’une figure dans leur enfance significative (père, mère , Autres), 38% ont eu l’expérience de la séparation de ses parents et de 42% ont subi un abandon de la part du père ou de la mère. En ce qui concerne l’existence d’expériences d’expériences de violence et de problèmes de santé associées à la violence dans la famille d’origine, 27% des sujets ont déclaré des expériences d’abus physique, une violation psychologique de 29% et un abus sexuel de 3%.

Caractérisation de l’échantillon de couples avec des antécédents de violence selon l’entretien

avec les 50 couples qui composaient l’échantillon total de cette recherche, une analyse a été effectuée comme une unité d’étude axée sur ces couples présentés indicateurs de la violence. L’échantillon était circonscrit à 42 couples qui avaient utilisé la violence comme une forme de résolution des conflits, soit 84% de l’échantillon total des couples. Vous trouverez ci-dessous une caractérisation de ce sous-programme.

En ce qui concerne les démonstrations que cette violence acquiert, il est observé que les couples ont de préférence utilisé des violences psychologiques et verbales, caractérisées par des actes verbaux et / des menaces qui sont faites avec la intention de nuire à l’autre.

se concentrer sur la dynamique que la violence peut acquérir, il est observé que la plupart des couples utilisaient la violence réciproque, une forme de relation violente où elle produit une agression mutuelle et bidirectionnelle qui se manifeste à travers l’échange de coups, insultes, gestes ou attitudes. En ce qui concerne le type de schéma de violence entre les membres du couple met en évidence la présence du modèle de violence symétrique dans la plupart des couples caractérisés comme un modèle de relation dans lequel leurs membres sont dans une attitude d’égalité et de concurrence.

En ce qui concerne le type de violence qui prévalait dans la relation, les résultats montrent que, principalement la violence ayant été établie comme une structure d’interaction, c’est-à-dire la stratégie récurrente utilisée pour la résolution de conflit.

Enfin, selon le type de motif d’interaction associé à la violence, la plupart des couples ont exprimé l’existence d’une structure d’interaction de violence-agression, caractérisée par une forme de relation violente construite sur un motif symétrique, où les deux membres de la Des couple sont sur une puissance égale, produisant des agressions mutuelles et bidirectionnelles. Les informations détaillées sur ces fonctionnalités sont présentées dans le tableau 2.

Tableau 2. Caractéristiques de l’échantillon de couples avec des antécédents de violence

Différentes catégories peuvent coexister.

Caractérisation de l’échantillon de couples avec des antécédents de violence selon les éléments du SARA

Les résultats des éléments sélectionnés des éléments sélectionnés des éléments sélectionnés Test Sara. Dans les couples qui présentaient des indicateurs de la violence révèlent des niveaux d’accord élevés entre les membres du couple dans la plupart des éléments.

dans la section de la section Psychosocial de la section de réglage a été observé dans les 42 paires (convention de 100% intra-séchée intra-séchée ) Dans les points 4 et 5. Dans le point 6, l’accord est observé dans 15 couples (35%).

Dans la section historique de la violence contre le couple, dans l’article, l’accord est observé dans 41 couples ( 97% de l’échantillon). Dans le point 17, l’accord atteint 38 couples (90%). Les informations détaillées apparaissent dans le tableau 3.

Tableau 3. Résultats des éléments de la S.A.A.A. Dans l’échantillon de couples avec des antécédents de la violence partenaire (n = 42)

Caractérisation de l’échantillon selon le sexe

Une analyse comparative a été réalisée entre le groupe d’hommes et que des femmes. Les résultats obtenus dans les variables liées à des informations sociodémographiques et à l’historique de l’histoire de la vie (niveau d’éducation, situation du travail, expériences de violence et problèmes liés à la violence dans la famille d’origine) ne présentent pas de différences significatives, à l’exception de la variable »du travail de la situation « Où les hommes signalent des valeurs significativement différentes que les femmes (x2 = 41 903, niveau de signification = 0,000).

En ce qui concerne le phénomène de la violence dans la dernière relation, les hommes et les femmes ont été comparés aux hommes et aux femmes dans les variables suivantes: utilisation de la violence, manifestations de la violence, dynamique de la violence partenaire, type de motif de violence dans la relation, type de violence dans la relation et type de schéma d’interaction de la violence; Bien que de légères différences entre hommes et femmes ne soient pas significatives. Les informations sont présentées dans le tableau 4.

Tableau 4. Contexte de la violence de couple dans la dernière relation de sexe

résultats des articles SARA Selon le sexe

Les résultats de l’administration des éléments choisis parmi le test S.A.R.A. En fonction du sexe des sujets participants, ils révèlent qu’il n’y a pas de différences significatives entre hommes et femmes. Dans la section d’ajustement psychosocial, dans le point 4 (problèmes récents dans les relations), 54% des femmes et 40% des hommes étaient situés dans la catégorie grave; Le point 5 (problèmes d’occupation récents) 46% des femmes et 34% des hommes étaient dans la catégorie grave et dans le point 6 (victime et / ou témoignage de la violence familiale dans l’enfance et / ou l’adolescence), 36% des femmes et 30% des hommes étaient dans la catégorie sévère.

D’autre part, dans l’histoire de la violence à l’encontre du couple, au point 11 (violence physique précédente), 34% des femmes et 24% des hommes se sont positionnés dans la catégorie sévère; Au point 14 (augmentation récente de la fréquence ou de la gravité des agressions) 60% des femmes et 54% des hommes étaient dans la gamme de grave; Point 16 (extrême minimisation ou déni de la violence antérieure contre le couple) 98% des femmes et 96% des hommes étaient situés dans la catégorie absente et, enfin, au point 17 (attitudes qui soutiennent et consentir la violence contre le couple) 98 % des femmes et 94% des hommes étaient dans la catégorie absente.

Discussion

Les résultats de cette recherche ont tendance à confirmer les positions théoriques liées à l’analyse de la violence de couple de l’interaction Perspective et moyenne contributions importantes pour le travail dans la médiation familiale dans les couples avec des antécédents de violence.

La plupart des couples ayant participé à l’enquête ont assisté à des processus de médiation. dérivé d’une institution, principalement du tribunal de la famille. Cela peut être lié aux modifications introduites à la loi qui rend la dérivation à la médiation obligatoire des juges sur trois sujets: une relation alimentaire, directe et régulière du père avec des enfants et des soins personnels. Dans l’échantillon analysé met en évidence le pourcentage élevé de couples qui assiste à la réglementation de la question alimentaire, ce qui montre que la principale préoccupation des couples dans des processus de séparation est la réorganisation du budget familial et la détermination des ressources disponibles pour la satisfaction des besoins de base; C’est généralement l’un des domaines du plus haut conflit post-séparation.

D’autre part, un pourcentage élevé de couples qui assiste la médiation à organiser la relation directe et régulière que les parents auront avec leurs enfants. Dans cet aspect, les couples, après la rupture, sont confus et difficilement de séparer les rôles de l’homme et de la femme et du père et de la mère. Dans ce cas, le processus de médiation peut servir de base au couple d’apprendre la différence entre les sous-systèmes conjugaux / parentaux et parvenir à continuer à fonctionner et à se renforcer dans leurs rôles parents, dans le but que les enfants sont situés le moins possible et réalisent Un développement approprié.

par rapport aux caractéristiques sociodémographiques, moins de la moitié de l’échantillon possède un enseignement intégral moyen; Ceci est lié à la faible qualification de la main-d’œuvre, une histoire de générateur de tension pouvant être liée à l’apparition de la violence partenaire. En ce qui concerne les expériences de la violence dans la famille, un grand nombre de sujets révélés ont été victimes de violences physiques ou psychologiques dans leur enfance par des membres de leur famille. Les caractéristiques exposées (chômage, faible niveau de revenu, faible niveau d’enseignement et victimes de violences dans l’enfance et à l’adolescence) sont d’accord avec ce qui est exposé par Pueyo et rond comme un contexte qui augmente la probabilité de violence dans le couple19.

Les principaux résultats de cette étude permettent d’affirmer que la grande majorité des couples étudiés ont utilisé la violence en tant que stratégie de résolution de conflit dans leurs différentes manifestations; Utilisation, principalement, violence psychologique, verbale et, à un pourcentage, moins de violence physique.

En ce qui concerne la dynamique de la violence, les résultats de cette étude révèlent que la plupart des couples évalués ont déclaré avoir subi une violence réciproque, où les deux membres du couple sont mutuellement attaqués, bien qu’ils utilisent des formes de violence différentes. . Esto coincide con lo planteado por Paz Haz, quien señala que la violencia de pareja hace referencia a todas las formas de abuso que se producen entre los miembros de la pareja, que lesiona la integridad física, emocional y/o sexual de las personas que conforman le couple. La violence conjugale peut être présentée avec différentes dynamiques: la violence à l’égard des femmes, la violence contre l’homme et la violence réciproque ou croisée.

par rapport à ce point, dans le domaine juridique qu’il a primat, dans l’analyse de la violence en tant que Couple, le look de genre, a évoqué tous les actes de violence basés sur des femmes appartenant et dans la relation de supériorité de l’homme en ce qui concerne les femmes (relations asymétriques) dans le cadre de la construction sociale et de l’identité féminine et du masculin20. Cela a été traduit dans la plupart des cas où la violence a été présentée, les femmes sont catalogues comme une victime et un homme comme une victime.

Cependant, de l’analyse des résultats de cette recherche, il peut affirmer que dans Le domaine de la médiation familiale Il n’est pas conseillé de cataloguer la violence d’un couple uniquement du point de vue de la problématique hommes-femmes, car il serait restrictif, enveloppant à l’homme et à la femme dans des rôles de victime et de victime. Dans cette étude, l’existence d’une violence réciproque est observée dans laquelle les deux membres du couple ont exécuté des actes de violence. Ces contextes conduisent à l’élaboration de perspectives plus intégrantes, axées sur l’existence de directives relationnelles générées par l’homme et les femmes et dans lesquelles il est partagé de responsabilité à l’origine et à l’entretien des schémas de violence. Ce nouveau regard consiste à renvoyer la responsabilité des actes violents à ses protagonistes, de sorte qu’ils puissent récupérer le pouvoir d’apporter des modifications dans de tels comportements.

violence en tant que couple en tant que modèle d’interaction a son origine dans l’existence des circuits de communication qui maintiennent la violence; Ces circuits sont traduits en une série de transactions dans lesquelles les participants sont des acteurs responsables de l’interaction. Ces interactions sont établies en tant que lignes directrices ou règles de relation dans le système. En ce sens, les résultats de cette étude sont compatibles avec ce qui est énoncé dans le contexte théorique: la prédominance de la violence du partenaire établie comme une structure d’interaction entre les membres contrairement à un nombre de cas dans lequel la violence est observée en réponse à certains crises. Le processus de processus de jumelage produit une augmentation et une conscience dans les manifestations de la violence, ce qui est plus important lorsqu’il existe un modèle de pré-interaction.

Continuer avec l’analyse de la violence du partenaire, au niveau théorique et d’un Look relationnel, l’existence de certains modèles d’interaction organisées est décrite, dont l’une est une violence-agression, caractérisée par une forme de relation violente construite sur des modèles de relation symétrique dans lesquels les deux membres du couple sont sur un pied d’égalité et un équilibre du pouvoir; Par conséquent, des comportements agressifs sont mutuels et bidirectionnels. Ceci est ajouté que les épisodes de violence sont dissonant et causent une gêne pour les acteurs. En ce qui concerne cela, dans la présente étude, la plupart des couples qui ont utilisé la violence ont présenté un schéma d’interaction de la violence-agression avec la symétrie de puissance et les manifestations de violence réciproque; De même, les couples ont reconnu que la violence a utilisé de la violence produite de l’inconfort et du désaccord.

Lors de la comparaison des résultats en fonction du sexe, seules des différences significatives sont observées en termes de situation de travail; Plus de la moitié du groupe des hommes a une profession stable contrairement à un grand nombre de femmes sans un revenu sûr, dédié principalement au travail sporadique et aux devoirs. Ce phénomène est lié à la plus grande dépendance économique des femmes à l’égard des hommes; En outre, il est entendu que la demande alimentaire est la matière prédominante dans les processus de médiation: les femmes sont celles qui exigent de la nourriture à répondre aux besoins de leur famille après la séparation.

sur les antécédents historiques Séparation des parents, il est frapper que des résultats similaires soient présentés chez les hommes et les femmes.Dans les deux groupes, l’expérience de la rupture de couple chez les parents a été présentée; C’est-à-dire que les participants, les hommes et les femmes avaient connu le processus de séparation des parents de leur rôle d’enfants. De même, une similitude est observée entre les deux groupes dans les expériences d’abus physique et psychologique dans l’enfance. Les hommes et les femmes ont présenté des antécédents historiques d’abus dans l’enfance qui peut être liée ou peut augmenter la probabilité que les situations de violence partenaire se manifestent à l’âge adulte comme indiqué par l’arrière-plan théorique.

dans l’utilisation de la violence dans le Dernières relations, il est observé que le groupe de femmes présente des pourcentages plus élevés que les hommes. Les femmes apparaissent à l’aide de la violence sous toutes ses formes (physiques, psychologiques, verbales), signalant même des comportements de violence sexuelle, exprimés sous la forme de ridiculisation et d’humiliation au couple pour leur performance sexuelle; Il s’agit d’un élément important pour analyser le rôle traditionnel de la victime que les femmes ont eu dans la perspective de la violence sexiste.

En ce qui concerne la dynamique avec laquelle la violence du partenaire est présentée. Les deux groupes comme la plupart des hommes et des femmes rapporté l’existence de violences réciproques ou croisées. De la même manière, dans les deux groupes, il est observé que le type de schéma de violence est symétrique avec une structure d’interaction de violence-agression. En outre, il convient de noter que les hommes et les femmes soulignent que la violence du couple est liée à l’existence d’une structure d’interaction et qu’elle ne ressortait que comme une réponse à la crise; Les deux groupes reconnaissent que le processus de rupture de couple était un facteur qui a contribué à l’augmentation des manifestations de la violence enracinée comme un schéma d’interaction dans les membres du couple. Cela correspond à l’existence de Perrone et de Nannini concernant l’existence d’une tendance interactionnelle qui soutient la violence d’un partenaire, une séquence de transactions dans lesquelles tous les participants sont des acteurs responsables de l’interaction. Ces transactions, en répétition, sont établies comme un motif ou une règle de relation dans le système21.

Ces résultats révèlent l’existence d’un consensus entre groupes d’hommes et de femmes en termes d’utilisation de la violence de couple, des similitudes sont observés en ce qui concerne la déclaration des manifestations, la dynamique et le type de schéma de violence. Pour cette raison, les informations collectées soulèvent la nécessité de mettre à jour la représentation des femmes en tant que sujet passive et bénéficiaire de la violence caractéristique du point de vue de la problématique hommes-femmes, pour une approche qui positionne l’homme et la femme dans un plan d’égalité et d’équilibre supérieur de Puissance. À cela s’ajoute la nécessité de réfléchir sur la perspective ci-dessous que le phénomène de la violence du partenaire est analysé dans notre pays et spécifiquement, dans le domaine de la médiation familiale; Le défi de développer davantage d’appartements est soulevé qui analysent le phénomène de la violence avec une plus grande amplitude, éradiquer des positions réductionnistes dans lesquelles la violence se manifeste unidirectionnelle, de l’homme à la femme22.

enfin et effectuer une analyse intégrante de l’information Recueillies dans la présente enquête, il est possible d’affirmer qu’à un pourcentage élevé de couples qui assistent à la médiation familiale existant ou ont existé une histoire de violence des partenaires. Cela est pertinent, car même lorsque les questions à médiation ne sont pas directement liées à ce phénomène, il est possible de trouver des faits de violence dans les couples qui assistent à la médiation de la réglementation des sujets tels que la relation alimentaire, la relation directe et régulière, entre autres.

Dans cette ligne, et selon les antécédents et les résultats analysés, la possibilité d’effectuer des processus de médiation est révélée lorsque des couples ayant des antécédents de violence sont présentés. Ce fait contraste avec les positions de certains médiateurs qui posent l’impossibilité de mener des processus de médiation lorsqu’il y a eu de la violence ou qu’il existait; Cela s’est passé parce que le regard prédominant en ce qui concerne la question de la violence dans le domaine de la médiation familiale a été la perspective de genre dans laquelle les femmes ont le rôle de victime et l’homme de la victime avec une relation de soumission de l’une avait l’autre; C’est un modèle de violence complémentaire où la violence serait utilisée comme punition. Dans ce modèle, il y aurait, à la base, un déséquilibre de pouvoir qui ferait une médiation irréalisable, car l’un des principes de réalisation du processus est qu’il existe une balance de pouvoir entre les participants.

par rapport à ce qui précède, ayant identifié, à l’aide de cette étude, que la dynamique de la violence prépondérante dans les couples qui a assisté à la médiation était celle de violence réciproque ou croisée et que le schéma dominant est symétrique avec la violence de l’agression Cela conduit à repenser le point de vue à partir de laquelle la violence du partenaire est analysée dans le domaine de la médiation familiale, car elle signifie éteindre les concepts d’inégalité, victimes de victime, de culpabilité et de punition, caractéristique du look sexee. Au contraire, il est nécessaire d’installer des notions comme modèle relationnel, responsabilité partagée, solution commune du problème, qui sont typiques des modèles théoriques intégratifs et systémiques. Ce changement de paradigme suppose considérer les personnes ayant la capacité d’assumer la responsabilité de leurs actes, de renvoyer le pouvoir d’inverser les comportements nocifs, ce qui aurait un impact positif sur la restructuration des modèles relationnels et de l’élaboration de mécanismes de résolution de conflits plus efficaces et fonctionnels. / p>

L’information qu’elle jette cette recherche est une contribution pour la portée de la médiation familiale car elle met en évidence la nécessité des professionnels de la médiatrice de former et de se former au sujet de la violence des partenaires, dans le but d’acquérir des compétences plus importantes et de porter ainsi Des interventions qui ne sont pas iatrogènes pour les participants et, surtout, sont préparées de ne pas continuer à être invisibles un phénomène qui peut être à la base de la relation. Il est nécessaire de souligner que les cas de médiation familiale avec des antécédents de violence nécessitent une spécialisation et certaines compétences, parmi lesquelles il est aptitude à identifier et à filtrer les cas potentiels de violence dans lesquels il existe un déséquilibre du pouvoir et de l’intégrité physique est à risque et / / Psychologique de l’un des participants, il exige également la mise en place de critères de déterminer dans quel cas la médiation est viable et évaluez la capacité des parties à négocier efficacement, évitant ainsi le risque que la violence soit reprise.

enfin et en conclusion, la présente étude est constituée dans la première recherche axée sur le thème de la médiation familiale et de la violence partenaire dans notre pays, apportant une contribution dans les zones théoriques et pratiques, car elle permet de générer une connaissance de la dynamique de la violence présente dans couples qui assistent à la médiation familiale, établissant la nécessité d’incorporer en praxis Une analyse professionnelle différente du phénomène de la violence comme base pour le développement de stratégies d’intervention plus efficaces.

Notes

1 Pueyo, a.; López, S. et Álvarez, E., «Évaluation du risque de violence contre le couple à travers la SARA», dans les documents du psychologue, vol. 29, 2008, pp. 107-122.

2 faisceau, P., violence intrafamily, présidence de la République, Colombie, 2000, pp. 73-78.

3 calcin, C., « Profil psychosocial de la population d’utilisateurs du programme d’attrapamilie et de prévention au cours de l’année 2006 dans le miroir, région métropolitaine de Santiago, » Chili, en psychologique Thérapie Magazine, 2007, vol. 25, pp. 85-93.

4 CURI, S., « Médiation et violence familiale dans le contexte judiciaire », la loi, vol. 3, 2002, pp. 305-315.

5 Arredondo, V., Millán, R. et Lira, G., « Violence intrafamily: une étude exploratoire de facteurs systémiques », dans le Congrès anal v ibero-américain de psychologie juridique, Services graphiques, Santiago de Chile, 2003, pp. 493-504.

6 Perrone, R. et Nannini, M., violence et violence sexuelle dans la famille, payéós, Buenos Aires, 2005, PP. 33-48.

7 Pueyo, A., López, S. et Álvarez, E., « Évaluation du risque de violence à l’encontre du couple à l’aide de S.A.R.A. », dans les documents du psychologue, vol. 29, 2008, pp. 107-122.

8 Pueyo, A., Tour, S., « Prévision de la violence: entre le danger et l’évaluation du risque de violence », dans les documents du psychologue, vol. 28, 2007, pp. 157-173.

9 vizcarra, m.; Courtois, j.; Bustos, l.; Alarcón, M. et Muñoz, S., «Violence conjugale dans la ville de Temuco. Une étude de prévalence et des facteurs associés» dans le magazine médical du Chili, vol. 129 (12), 2001, pp. 1405-1412.

10 Bernal, T., « Médiation en couple rupture », dans une revue Résolution de conflit alternative, vol. 4, 2003, pp. 67-88.

11 González-Capitel, C., Manuel de médiation, Atelier, Barcelone, 1999, PP. 17-29.

12 Bernal, T. Médiation. Une solution à couper des conflits de couple, Colex, Madrid, 1998, pp. 23-27.

13 SUAREES, M., les médias dans les systèmes familiaux, Parédies, Buenos Aires, 2002, PP. 373-387.

14 Cárdenas, E., Médiation dans les conflits familiaux, Lumen, Buenos Aires, 1998, PP. 209-235.

15 CURI, S., « Médiation et violence familiale dans le contexte judiciaire », la loi, vol.3, 2002, pp. 305-315.

16 ORBERG, O., Médiation en violence familiale et dans la crise de l’adolescence, université de rédaction, Buenos Aires, 2002, PP. 59-82.

17 CID, A., MOMBERG, M. et Salazar, D., «Médiation et VIF: de déni de l’intervention», dans la revue Résolution alternative du conflit, vol. 5, 2005, pp. 125-132.

18 Pueyo, A., López, S. et Álvarez, E., « Évaluation du risque de violence à l’encontre du couple de la SARA », dans les documents du psychologue, vol. 29, 2008, pp. 107-122.

19 Pueyo, A., López, S. et Álvarez, E., « Évaluation du risque de violence à l’encontre du partenaire par l’intermédiaire de S.A.R.A. », dans les rôles de psychologue, vol. 29, 2008, pp. 107-122.

20 calcin. C., « Profil psychosocial de la population d’utilisateurs du programme de soins et de prévention de la violence intrafamilie au cours de l’année 2006 dans le miroir, région métropolitaine de Santiago, » Chili, thérapie psychologique, 2007, vol. 25, pp. 85-93.

21 Perrone, R. et Nannini, M., violence et abus sexuel dans la famille, payéós, Buenos Aires, 2005, PP. 33-48.

22 Perrone, R. et Nannini, M., violence et abus sexuel dans la famille, payéós, Buenos Aires, 2005, PP. 33-48.

Bibliographie

Arredondo, V., Millán, R. et Lira, G., « Violence intrafamily: une étude exploratoire des facteurs systémiques », dans le Congrès anal et Psychologie juridique ibéro-américaine, Services graphiques, Santiago de Chile, 2003, pp. 493-504.

Bernal, T., Médiation. Une solution à couper des conflits de couple, Colex, Madrid, 1998, pp. 23-27.

Bernal, T., « Médiation en couple rupture », dans une revue Résolution alternative des conflits, vol. 4, 2003, pp. 67-88.

Calcin. C., « Profil psychosocial de la population d’utilisateurs du programme de soins et de prévention de la violence intrafamilie au cours de l’année 2006 dans le miroir, région métropolitaine de Santiago, » Chili, thérapie psychologique, 2007, vol. 25, pp. 85-93.

Cárdenas, E., Médiation dans les conflits familiaux, Lumen, Buenos Aires, 1998, PP. 209-235.

CID, A., MOMBERG, M. et Salazar, D., «Médiation et VIF: du déni à l’intervention», dans la revue Résolution alternative du conflit, vol. 5, 2005, pp. 125-132.

CURI, S. et Gianella, C., « Médiation et violence familiale dans le contexte judiciaire », la loi, vol. 3, 2002, pp. 305-315.

González-Capitel, C., Manuel de médiation, Atelier, Barcelone, 1999, PP. 17-29.

faisceau, P., intrafamily violence, présidence de la République, Colombie, 2000, pp. 73-78.

Ortemberg, O., Médiation de la violence familiale et de la crise de l’adolescence, de l’Université de rédaction, de Buenos Aires, 2002, PP. 59-82.

Perrone, R. et Nannini, M., violence et abus sexuel dans la famille, payéós, Buenos Aires, 2005, PP. 33-48.

Pueyo, a.; López, S. et Álvarez, E., «Évaluation du risque de violence contre le couple à travers la SARA», dans les documents du psychologue, vol. 29, 2008, pp. 107-122.

Pueyo, a.; Tour, S., « Prévision de la violence: entre le danger et l’évaluation du risque de violence », dans les documents du psychologue, vol. 28, 2007, pp. 157-173.

Suares, M., médiateur dans les systèmes familiaux, payéós, Buenos Aires, 2002, PP. 373-387.

vizcarra, m.; Courtois, j.; Bustos, l.; Alarcón, M. et Muñoz, S., «Violence conjugale dans la ville de Temuco. Une étude de prévalence et des facteurs associés» dans le magazine médical du Chili, vol. 129 (12), 2001, pp. 1405-1412.

* Cette étude présente des résultats de thèse pour opter pour le degré de maîtrise en psychologie légale et légale, du département de la psychologie de l’Université de la Frontera, réalisée par le premier auteur sous la direction du second Auteur.

article reçu le 30 mars 2011 et accepté pour publication par le Comité de rédaction du 27 mai 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *